Les causes de l’acné hormonale

L’acné est un trouble cutané dermatologique, la plupart du temps chronique, caractérisé par l’apparition de lésions cutanées. Sa présence est étroitement liée aux fluctuations hormonales, notamment pendant la puberté. Bien qu’elle tende à disparaitre lorsque les hormones se stabilisent après l’adolescence, l’acné peut néanmoins persister ou réapparaitre à l’âge adulte, avec une prédominance féminine.

Ainsi, contrairement à ce que l’on peut penser, l’acné ne se limite pas aux adolescents. Elle affecte non seulement plus de 3 adolescents sur 4 mais également en moyenne 1 adulte sur 3 : 50% des femmes dans la vingtaine, un tiers dans la trentaine et un quart dans la quarantaine.

Ainsi, il existe 4 principaux facteurs impliqués dans le développement de l’acné:

  • l’hyperséborrhée : production excessive de sébum avec modification de l’aspect de la peau  qui apparait plus grasse, irrégulière avec un grain épais et des pores dilatés
  • l’hyperkératinisation avec un épaississement de la peau entrainant une rétention de sébum au niveau du follicule pileux. Un bouchon composé de kératine et de sébum se forme alors sous la peau, donnant lieu à un comédon : c’est la comédogénèse.
  • la prolifération bactérienne, directement liée à la rétention sébacée. En effet, l’accumulation de sébum dans un environnement clos favorise la croissance bactérienne.
  • l’inflammation : la réponse inflammatoire est en corrélation avec la sécrétion d’enzymes et de substances chimiques pro-inflammatoires. Elle entraine la ruptures des parois des follicules pileux obstrués, libérant le sébum, les bactéries et les débris cellulaires dans le derme

 

Quelles sont les causes de l’acné hormonale ?

  • la cause liée aux androgènes : ces hormones jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement des glandes sébacées en régulant la production de sébum et en intervenant dans la modulation des processus de kératinisation. Une anomalie du contrôle des androgènes semble être la principale cause de développement de l’hyperkératinisation et de l’hyper séborrhée.
  • la cause liée aux œstrogènes. Cette hormone a une action anti-androgénique et diminue le taux de testostérone libre circulante. Le taux d’oestrogènes est plus faible chez les personnes souffrant de l’acné. Ce phénomène explique aussi l’aggration de l’acné fréquemment rencontrés chez les femmes en fin de cycle menstruel, lorsque les taux d’hormones féminines sont les plus bas.
  • les causes externes : l’acné hormonale peut aussi être liée à un déséquilibre émonctoriel, la peau étant considérée comme un émonctoire secondaire possédant la particularité de pouvoir se substituer aux autres émonctoires quand ces derniers sont surmenés ou épuisés. D’autres facteurs comme le stress, l’alimentation, le tabac, certains médicaments, un excès de stress oxydatif, des prédispositions génétiques…peuvent influencer le développement de l’acné.

 

Quels sont les symptômes ?

  • les lésions : micro-comédons, comédons fermés et comédons ouverts (points noirs). A noter qu’en cas d’acné hormonale, les lésions sont plus profondes et plus douloureuses, en particulier le long de la mâchoire, du menton et du bas du visage.
  • les cicatrices, liées à la gravité de l’acné et au délai de sa prise en charge. De plus, certaines personnes semblent davantage prédisposées aux cicatrices.
  • de la souffrance psychologique. En altérant l’apparence, une peau acnéique peut entrainer une perte d’estime de soi et parfois même aboutir à un complexe d’infériorité. Elle peut aussi altérer la capacité à tisser des relations affectives, sociales et professionnelles et conduire à l’isolement et au repli sur soi.

 

La naturopathie (en particulier la phyto-minéraloqie, les vitamines l’alimentation anti-inflammatoire, les vitamines…) offre une approche complète de cette problématique de santé qui va aussi traiter les causes sous-jacentes de l’acné.

Ne pas négliger l’impact du stress comme facteur important et aggravant de l’acné.