Qu’est-ce que le syndrome de stress post traumatique ?

Notre corps a développé un système d’alarme qui se déclenche lorsqu’il y a un danger. Lorsqu’une situation a été stressante ou traumatisante (par exemple, violence, accident, chute, abus, catastrophes naturelles…), cela déclenche notre système d’alarme. Il est naturel que l’on puisse être prudent ou inquiet au rappel de ces situations. Le fait d’avoir juste assez de peur et d’anxiété aide les gens à éviter que ces situations ne se reproduisent à l’avenir.

Cependant, lorsque le système d’alarme ne peut pas s’éteindre, l’anxiété et la peur deviennent excessives, au point d’interférer avec la vie quotidienne.

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est un type de trouble anxieux qui peut se développer après une exposition à des événements stressants ou traumatisants.

 
Quelles sont les causes du SSPT ?

La bonne nouvelle est qu’après un événement traumatique, la plupart des gens ne développent pas de symptômes de SSPT.

Le SSPT survient lorsqu’une personne « vulnérable » vit un événement stressant et traumatisant.

Qu’est-ce qui rend quelqu’un vulnérable ?

  • Une personne peut être vulnérable si elle a déjà subi un stress important plus tôt dans sa vie
  • Certaines personnes sont simplement câblées pour être plus sensibles. Dans un cadre approprié, les personnes sensibles et compatissantes sont très douées pour aider les autres. D’un autre côté, trop de sensibilité peut rendre une personne plus sensible au développement du SSPT.

Quels types d’événements sont traumatisants et/ou stressants ?

Les situations où l’on a été exposé à un danger réel, telles que :

  • Être victime de violence
  • Le décès ou la maladie grave d’un proche
  • Des traitements médicaux difficiles
  • Les catastrophes naturelles telles que les ouragans, les tornades et les incendies
  • Accidents de voiture et d’avion
  • Être témoin ou être menacé d’un danger (par exemple, voir d’autres personnes se faire blesser, être intimidé ou intimé)
  • Être un premier intervenant tel qu’un auxiliaire médical, un policier ou un pompier
  • Guerre ou combat …

Lorsque le traumatisme est grave, les événements suivants se produisent :

  • Le cerveau logique est submergé et incapable de traiter l’expérience de ce qui s’est passé.
  • Le cerveau émotionnel peut se trouver débordé, ce qui conduit la personne à être en détresse émotionnelle, avec des sentiments tels que la tristesse, la culpabilité, l’anxiété ou la colère.
  • Le cerveau primitif (qui comprend le système d’alarme de notre corps, c’est-à-dire le système autonome et le système de « lutte-vol ») peut être submergé, ce qui conduit la personne à être dans un état de :
  • « Se battre », c’est-à-dire se sentir en colère
  • « Fuir », c’est-à-dire sentiment d’anxiété et d’évitement
  • « Freeze », c’est-à-dire être tellement accablé qu’on ne sait plus ce qu’il faut faire
  •  » L’arrêt », c’est-à-dire le zonage, la dissociation, l’espacement, qui est un moyen pour le cerveau de se protéger d’un stress accablant »
Quand le SSPT commence-t-il ?

Les symptômes peuvent apparaître peu après un événement traumatisant et se poursuivre par la suite. D’autres personnes développent des signes nouveaux ou plus graves des mois, voire des années plus tard. 

Lorsque les symptômes ont duré moins de 4 semaines, ils sont officiellement désignés sous le nom de « trouble de stress aigu ». Lorsque les symptômes ont duré plus de 4 semaines, le terme officiel est « trouble de stress post-traumatique ». 

 
Souffrez-vous de SSPT ?

Avez-vous déjà vécu des événements traumatisants (tels que la violence, le crime, les combats ou les abus) dans le passé ?

Si c’est le cas, l’une des situations suivantes s’applique à vous :

  1. À la suite de cet événement, évitez-vous de vous rappeler cette expérience en vous éloignant de certains lieux, personnes ou activités ? Oui/Non
  2. Avez-vous perdu l’intérêt pour des activités autrefois importantes ou agréables ? Oui/Non
  3. Avez-vous commencé à vous sentir plus isolé ou distant des autres ? Oui/Non
  4. Avez-vous eu du mal à éprouver de l’amour ou de l’affection pour les autres ? Oui/Non
  5. Avez-vous commencé à penser qu’il était inutile de planifier l’avenir ? Oui/Non
  6. Après cette expérience, avez-vous eu plus de mal que d’habitude à vous endormir ou à rester endormi ? Oui/Non
  7. Vous êtes devenu nerveux ou avez été facilement surpris par des bruits ou des mouvements ordinaires ? Oui/Non
  8. Etc.

Avez-vous répondu oui à quatrequestions ou plus ?

  • Si tel est le cas, cela indique une forte probabilité d’être atteint de SSPT. Parlez avec un professionnel de la santé. 
  • Si ce n’est pas le cas, cela indique une probabilité moindre d’être atteint de SSPT.
A quel âge commence le SSPT ?

Le SSPT peut survenir à tout âge, même très tôt. Lorsque les enfants ont vécu des situations stressantes, ils peuvent également développer des symptômes de SSPT.

Les symptômes chez les enfants peuvent inclure :

  • Problèmes physiques :
    • Se plaindre souvent de problèmes d’estomac ou de maux de tête
  • Symptômes comportementaux et émotionnels :
    • Régressant, c’est-à-dire se comportant comme lorsqu’ils étaient plus jeunes 
    • L’incapacité de parler : lorsque le traumatisme a été grave ou impactant, l’enfant peut être incapable de parler
    • Refuser d’aller dans des endroits ou de jouer avec des amis
    • L’angoisse de la séparation, c’est-à-dire le besoin d’être plus proche de leurs parents
    • Difficultés à dormir, arrêter de manger, etc.
 
D’autres problèmes peuvent être vus en parallèle avec le SSPT

Le SSPT peut contribuer aux :

  • Problèmes de dépendances, car les personnes essaient de faire face à leurs symptômes en consommant de la drogue, de l’alcool, des médicaments… Bien que cela puisse fonctionner à court terme, cela ne fait qu’empirer les choses à long terme
  • Problèmes d’humeur tels que la dépression, le sentiment de désespoir, la honte ou la détresse
  • Problèmes au travail, dans la vie familiale et dans les relations, y compris la séparation, le divorce et la violence. Parce que le système de « lutte/vol » de votre corps est déclenché, il peut vous mettre en colère contre vos proches, exploser sans raison, et même être violent et agressif envers eux.  

En raison de toutes les façons dont le SSPT non traité peut perturber non seulement votre vie, mais aussi celle de votre famille et de vos amis, il est d’autant plus important de s’y pencher.

Traitements pour le SSPT 

De nombreuses aides existent pour surmonter le SSPT, en individuel ou en groupe, en thérapie familiale aussi, en approche conventionnelle ou non conventionnelle. Les techniques naturelles en lien avec la naturopathie ont aussi leur place.

Mon regard de naturopathe 
  1. Assurez-vous que vous êtes en sécurité. Tout d’abord, assurez-vous que vous n’êtes plus en danger, et que vous êtes en sécurité ! Par exemple, si votre traumatisme est dû à des abus ou à des violences à la maison, demandez d’abord de l’aide pour vous mettre en sécurité. Parlez-en !
  2. Renseignez-vous sur le SSPT : parce que les symptômes du SSPT (cauchemars, flashbacks et sentiment de revivre le traumatisme) sont si pénibles, les personnes atteintes de SSPT craignent souvent de devenir folles. Le problème est plutôt que vous êtes anxieux à cause d’un événement traumatisant.
  3. Prenez bien soin de vous. En cas de stress, nous négligeons parfois notre sommeil, notre alimentation ou notre exercice. Veillez donc à dormir suffisamment, avoir une alimentation saine avec au moins trois repas sains par jour et faire régulièrement de l’exercice.
  4. Restez actif dans la vie. Les personnes atteintes de SSPT constatent souvent qu’elles abandonnent des activités qu’elles aimaient faire auparavant, mais cela ne les aide pas. Cela peut être difficile, mais reprenez autant que possible la routine normale de votre vie, c’est-à-dire le travail, les amis, la famille, les loisirs et les sports. Même si vous ne pouvez pas reprendre à 100 % toutes les activités que vous aviez l’habitude de faire, commencez par de petits pas.
  5. Exposition : Faites face à vos peurs et ne laissez pas le SSPT vous contrôler. L’anxiété liée au SSPT pousse souvent les gens à éviter certaines choses. Malheureusement, ces peurs ont tendance à s’amplifier, et les gens finissent par éviter de plus en plus de choses dans la vie. La meilleure façon de lutter contre ces peurs est de les affronter progressivement, étape par étape. Exemple : une personne qui a un traumatisme dû à une chute de cheval. Plus la personne évite les chevaux et l’équitation, plus ce sera difficile. La solution est de remonter à cheval le plus vite possible. Autre exemple : une personne est victime d’une agression sur le parking d’un centre commercial la nuit. La personne commence à éviter les parkings la nuit, puis les parkings le jour, puis les centres commerciaux entièrement, et même à sortir. La solution consiste à affronter progressivement ces craintes et à revenir dans ces situations, étape par étape.
D’autres techniques d’adaptation peuvent être suivies :

Lorsque les gens sont anxieux, leur respiration a tendance à s’accélérer, ce qui aggrave encore la situation.

  • Une respiration délibérément lente peut être utile. Les techniques de respirations en lien avec la sophro-relaxation seront d’une grande aide. En ajoutant les plantes médicinales, les fleurs de Bach, les huiles essentielles en olfaction par exemple.
  • Techniques de mise à la terrela mise à la terre est un moyen de ramener votre corps au présent, en particulier si vous avez des flashbacks et que vous perdez le contact avec le présent. La mise à la terre fonctionne en vous remettant en place et en concentrant votre attention sur le moment présent, en défocalisant, c’est-à-dire en déplaçant votre attention sur l’ici et maintenant.

Voici quelques exemples de mise à la terre sensorielle :

Au niveau visuel : Regardez autour de vous et décrivez ce que vous voyez, par exemple : « Je suis dans le salon, et je vois des photos de ma famille »…

Au niveau auditif : Écoutez autour de vous et décrivez ce que vous entendez, par exemple : « J’entends des oiseaux dehors »…

Au niveau du toucher : Scannez votre corps et décrivez ce que vous ressentez, par exemple : « Je suis assis sur le canapé, je peux le sentir contre moi. Je peux sentir ma main sur mon visage »…

Au niveau olfactif : respirez profondément par le nez et décrivez ce que vous sentez, par exemple : « Je peux sentir mon café »…

  • Les techniques d’apaisement du système nerveux avec une « entrée » par le corps (massages, fasciabioénergie) auront aussi une place importante car parfois les personnes ne sont tout simplement pas en capacité de parler de leurs sentiments, ou même d’accepter la validation et l’empathie des autres. 

Il existe encore de nombreuses façons d’accompagner le SSPT…